La Langue de ce Pays

 

La langue de ce pays

Couronnée de verbes

S’admirait comme d’habitude

Dans le miroir de ses mots

Coquettement elle lui demanda :

« miroir, miroir quelle est la langue

La plus éloquente de ce peuple ? »

Le miroir lui regarda tristement et soupira

« La votre, lui répondit le miroir, de tout ce peuple c’est la votre

Mais ce n’est pas celle que vous décortiquez en pleine vue publique

Ce n’est pas celle que vous moule à la principale mathématique

Mais celle de votre peuple roulé dans les rues oubliées

Là où une vraie langue ne critique pas celle des autres mais l’embrasse

Là où une vraie langue se régale de la richesse du verlan a l’envers a l’endroit

Et ne se tient pas les oreilles en criant –

« Vous me faites mal ! »

Et vous en faites partie si vous le voulais ou pas.

Une vraie langue est comme un papillon qui bourdonne sur les mots des autres avec un pinceau fin.

Mais les littéraires se fermèrent les oreilles ayant entendu ce qu’ils voulaient

Et les pages blanches des dictionnaires restaient vierges.

 Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(required)

(required)